Mahlon ✍ - Des lettres par delà les mers

Pendant quelques années alors qu'il résidait dans le comté de Taylor, Pascal et sa famille ont entretenu une correspondance avec Jean-Louis Victor Lucas, frère de Marie-Louise. Il était resté à Belle-Isle avec  son épouse, Françoise Joséphine Ledru et leurs enfants. Il semble que la communication qui au départ était à peu près annuelle ait fini par s'estomper jusqu'à disparaitre complètement. Le contact fut perdu, apparemment au tournant du siècle. Victor mourut en 1889, Pascal en 1892 et Frank, le fils de Pascal, qui avait été son principal épistolier, est décédé en 1893. Il restait encore dans la famille à Grafton quelques personnes capables d'écrire en français, mais ils n'en avaient pas l'habitude. De part et d'autre de l'océan, on se souvenait qu'il y avait des parents quelque part de l'autre côté de l'eau, mais le lien était rompu.

Quelques temps après la fin de la guerre, un arrière-petit-fils de Jean-Louis Victor Lucas, Eugène le Guellec, s'est intéressé à la généalogie de sa famille. C'était un architecte prospère, qui avait grandi à Belle-Isle et vivait à Quimper, pas bien loin de la côte bretonne. Il concevait des habitations dans le style des anciennes maisons bretonnes et avait une clientèle répartie sur un large territoire. Il avait développé une connaissance assez complète de ses connexions familiales en Bretagne et il s'est pris de curiosité pour ceux qui avaient disparu dans les régions sauvages de l'Amérique.

En 1950, sa tante. Elizabeth [ou Isabelle] Guegan Naudin, connue sous le nom de "Tanzabelle", examinait une boîte de vieux papiers laissée par sa mère, Marie Céline Lucas Guégan, fille de Jean-Louis Victor, décédée vingt ans auparavant. Elle y trouva quelques lettres écrites à son grand-père par Pascal Lucas, depuis la Virginie-Occidentale. Se souvenant de l'intérêt de son neveu, Tanzabelle a remis ces lettres à sa soeur, Marie Guégan Le Guellec, et c'est ainsi qu'elle parvinrent entre les mains d'Eugène.

Il y avait cinq lettres écrites en 1865, 1868, 1871, 1878 et 1888, avec une série d'adresses dans le comté de Taylor. Ces lettres sont présentées plus loin dans ce chapitre. Eugène a d'abord demandé l'avis du représentant des affaires culturelles de l'ambassade des États-Unis à Paris, puis il a écrit la lettre suivante :

The Family of Pascal Lucas
Grafton, Fetterman, Taylor County, WVa, USA

Le 15 août 1951

Désirant retrouver les traces de parents émigrés aux États-Unis un peu avant 1870, je m'étais adressé à Paris, au représentant des affaires culturelles des USA, 41 Faubourg Saint-Honoré, pour lui demander de faciliter mes recherches. C'est sur ses indications que je vous adresse la présente lettre.

J'ai en ma possession des lettres adressées à Victor Lucas et à ma grand-mère par son frère Pascal Lucas, qui quitta Belle-Île-en-Mer (Morbihan) en 1870 pour s'installer avec sa famille en Amérique afin d'y pratiquer l'agriculture.

En relisant ces lettres qui donnent des détails très précis sur la vie déjà aisée de ces pionniers, et aupercevoir aussi le regret de laisser au loin la Bretagne, des parents aimés, l'idée m'est venue de renouer des relations avec ces parents inconnus, ou avec leurs descendants, et s'ils ne se sont souvenus quelquefois de leur île natale et de leurs parents restés au pays.

Si cette lettre a la chance de vous parvenir, je serais heureux que vous me donniez des nouvelles, et pour ma part, je vous en donnerai aussi, concernant les Lucas restés au pays.

Je suis le petit fils de Céline Lucas, et c'est ma mère, Marie Guégan, qui m'a remis ces lettres, écrites par Pascal Lucas dont l'adresse figure aussi au bas des lettres.

Pensant que cette lettre ne sera pas tout à fait perdue, veuillez croire, chers cousins, à mon affectueuse amitié

Eugène Le Guellec

 Eugène posta la lettre et il fit mouche ! Fetterman avait depuis longtemps cessé d'avoir un bureau de poste. Mais le facteur de Grafton s'est souvenu qu'il connaissait une Madame Christine Lucas dont le mari Pascal était mort depuis plusieurs années et qu'elle avait un fils prénommé Pascal Jackie. Il fit donc envoyer donc la lettre à cette famille à Independance WV. Et la lettre est arrivée entre les mains de l'arrière-petit-fils de l'ancien immigrant Pascal. Il se souvient qu'il a pris la lettre pour la remettre à son frère en lui disant : "Voilà une lettre pour moi, mais je ne peux pas la lire". Ils ont réussi à la traduire et Madame Lucas a répondu, puis a fait circuler la lettre parmi les membres de la famille qui étaient censés être intéressés. Parmi ceux qui ont répondu par écrit, il y avait  :

  • Christine Ford Lucas (Mrs Pascal Lucas)
  • Mathilde Luise Sheffield (Mrs Wesley Sheffield)
  • Rachel Knotts Graham Norton (Mrs Gayle C. Norton)
  • Mahlon Lucas Henderson

 

Depuis certains de ces contacts, une correspondance continue s'est engagée et plus d'une douzaine de descendants Lucas des États-Unis on visité Belle-Isle ou sont allés voir les Guellec.

 

 


Info PDF-Imprimer-Mail

Quoi de neuf sur GénéaKat ?

Nous l'avons fait

Généalogie

Chroniques familiales 📖

Recherches généalogiques 🔎

Les déclarations de Belle-Île 📃

Infos Site


Vendredi 1 mars 2024