Recherche



Majuscules et minuscules
différencier
ne pas différencier
Majuscules et minuscules
mots entiers



Résultat de la recherche

Vous recherchiez le terme suivant :lycée


Page 1 - 3 sur un total de 11 page(s) , résultats de la recherche classés par pertinence


1. 🔎 Recherches généalogiques La génération des parents de Jacques Bourlaud au XXe siècle

...and-tante en particulier. ne trouva-t-il pas, un jour en entrant dans sa chambre, le matou confortablement installé sur son lit !.. ayant refermé la porte avec fracas, il se dirigea vers le lit avec un air tellement menaçant, tellement terrifiant que le pauvre chat n'eut que la ressource de sauter par la fenêtre. seulement la chambre se trouvait au troisième étage de la maison - douze mètres ...-. mon père vaguement inquiet, s'est penché sur l'appui de la fenêtre pour voir le chat tourbillonner dans l'espace, atterrir sur ses quatre pattes, s'ébrouer quelques instants et aller se réfugier à l'abri d'un buisson pour se remettre de ses émotions ... dieu merci ! l'héritage de la tante était préservé ... au collège des frères de la grand-maison, il s'était surtout montré très doué en gymnastique. grimpé tout en haut de la corde, il avait comme tant d'autres, écrit son nom à la craie sur la poutre qui supportait les agrès. or le lycée de jeunes filles s'est logé plus tard dans ce collège désaffecté. la salle de gymnastique avait conservé ses fonctions et mes sœurs avaient la fierté, en levant les yeux, de voir le nom de gabriel bourlaud qui s'étalait glorieusement sur la poutre. après quelques années sur les bancs du lycée de garçon, mon père avait été inscrit pour une classe de philosophie dans une boite à bachot située rue de blossac. a peu de distance, sur le même côté, habitaient les dassys, avec leur fille jeanne bourdin, dans une grande maison héritée des bresseau. les deux familles étaient en bonnes relations. d'ailleurs, n'était-il pas question d'un projet de mariage entre georges bourlaud et rose bourdin ? donc gabriel avait remarqué la taille élancée et le visage gracieux de jeanne. jeanne avait remarqué la démarche élégante et les yeux bleus de gabriel ... celui-ci trois ou quatre fois par jour, passait devant la maison dassys ; il ...


Mots identiques compris dans le texte de la page : 1 occurrence - 3 mots dans le texte

2. ⚕ Jacques Bourlaud Sur le chemin des écoliers

...⚕ jacques bourlaud sur le chemin des écoliers en octobre 1927, j'avais été admis à entrer en 8ème, équivalent au cours moyen première année (cm1). je n'avais pas encore tout à fait huit ans. cela n'avait rien d'extraordinaire car, à l'époque, les règlements interdisant dans les écoles publiques d'enseigner la lecture aux enfants avant qu'ils n'aient atteint l'âge de six ans révolus n'existaient pas encore. aussi beaucoup d'entre eux, dégrossis dans leurs familles, commençaient-il leur scolarité à quatre ans et demi ou cinq ans, connaissant parfaitement les lettres de l'alphabet et assez bien leur utilisation. de plus, au lycée de poitiers - comme dans presque tous les autres lycées - on avait ouvert des «petites classes» où, de la 12ème à la 7ème, était dispensé l'enseignement primaire. on n'y préparait pas le certificat d'etudes mais l'entrée en 6ème. cet enseignement n'était pas gratuit aussi les élèves se recrutaient-ils dans des milieux relativement aisés (professions libérales, commerçants, fonctionnaires). passer la souris sur la photopour la voir en plus grand en tous cas, j'étais maintenant en 8ème, dans la catégorie des «grands» ... dans la classe de monsieur pucelle, un personnage grand et mince dont le sourire bienveillant et la barbe blanche faisaient penser au père noël. j'avais cru entendre dire à des camarades nettement «plus grands» qu'il portait un drôle de nom pour un homme de cinquante ans, père de famille.... mais, après tout, n’était- ce pas le nom de jeanne d'arc ? alors, pourquoi tant de chuchotements à ce sujet ? c'était vraiment sans importance... considérant sans doute mon ascension dans la hiérarchie écolière, ma famille décréta un beau matin que je n'avais plus besoin d'être accompagné pour effectuer quatre fois par jour le trajet reliant la maison au lycée. c'était peut-être pour ma mère ou mes sœurs la libération d'une astreinte. mais, pour moi, c'...


Mots identiques compris dans le texte de la page : 1 occurrence - 19 mots dans le texte

3. ⚕ Jacques Bourlaud Jeunes années

... territoire, je n’aurais qu’à suivre les instructions qui me seraient données d’en haut ! c’était simple… pour tracer les routes, comme je parcourrais tout le pays à pied, à cheval ou en voiture, je n’aurais qu’à me faire suivre d’une armée de débroussailleurs ! quant aux constructions rejeton d’une longue lignée de maîtres-maçons, l’atavisme me ferait spontanément trouver toutes les solutions et d’ailleurs je n’aurais qu’à commander pour que tout soit exécuté… les études de droit me tracassaient un peu. je n’avais aucune idée de ce que cela pouvait bien être . j’imaginais des cours fastidieux dans un jargon désuet sur des sujets sordides le tout dans l’ambiance triste et poussiéreuse d’une étude de notaire . mais il suffirait de s’y mettre et j’en arriverai bien à bout. peu après ce choix qui me paraissait avoir été dicté par la raison, il advint que le banquet annuel des anciens élèves du lycée henri iv fut présidé par une notabilité poitevine qui avait achevé une brillante carrière comme gouverneur-général de l’indochine . mon père, ancien élève, avait ainsi eu l’occasion de le rencontrer de parler avec lui et de lui confier que son plus jeune fils se destinait à l’administration coloniale. - c’est un métier passionnant mais qui est tellement astreignant ! il réclame la vigilance de tous les instants et les journées n’ont pas trop de vingt-quatre heures pour accomplir la moitié de ce qu’il aurait fallu faire… on ne connaît ni dimanches ni fêtes… on est toujours sur la brèche, sans trêve ni repos… mais il y a d’autres carrières : la magistrature coloniale… la médecine coloniale, par exemple… ces propos qui me furent rapportés le lendemain me rendirent tout perplexe. pouvais-je envisager une profession dont les exigences ne me laisseraient aucun moment de loisir ? ce n’était pas pensable !.. alors ...


Mots identiques compris dans le texte de la page : 1 occurrence - 1 occurrence