Recherche



Majuscules et minuscules
différencier
ne pas différencier
Majuscules et minuscules
mots entiers



Résultat de la recherche

Vous recherchiez le terme suivant :dame


Page 4 - 6 sur un total de 17 page(s) , résultats de la recherche classés par pertinence


4. 🏁 Louis et Maria Cadel Ligne du temps

...03, arzew). Émilie et léon moururent enfants en algérie, et edmond, appartenant au 3ème mixte de zouaves, fut tué au front (dans le pas de calais) en novembre 1914. la famille vers 1900 et 1915 ils finirent leur carrière militaire à lorient où louis auguste commandait les sémaphores de l’arrondissement. ils vécurent au pied de la tour de la découverte, bien connue des lorientais, dans l’enceinte de l’arsenal. georges, notre grand père, fut un familier de cette tour. nous en reparlerons. quelques photos rappellent cette période où georges et anna, nos grands parents, étaient entourés de leurs propres parents. maria a ainsi pu peindre edmond, notre oncle tôt décédé. lors de leur retraite ils reprirent le chemin de l’algérie où les attendaient Émilienne, qui avait épousé joseph bagur, un colon, et marie, femme de louis pons (menuisier). ils résidèrent à alger. au décès de louis auguste, inhumé à saint-eugène (notre- (notre-dame d’afrique) à alger, maria s’établit chez sa fille Émilienne et son mari, joseph bagur, à lamartine. elle y faisait de la couture, lisait beaucoup et s’occupait de ses petits enfants. elle mourut vers 1948. elle est inhumée à lamartine ( algérie ). gildas cadel , le 23 avril 2005 note de catherine le 9 octobre 2015 : nous avons découvert que notre arrière-grand-père louis auguste est décédé à alger le 15 décembre 1924. nous avons l'annonce nécrologique dans l'Écho d'alger du 16 décembre qui annonce les obsèques pour le jour même. et la copie de son acte de décès. louis et maria demeuraient alors 2 rue malakoff à alger. on apprend aussi que louis était décoré de la médaille militaire. ...


Mots identiques compris dans le texte de la page : 1 occurrence - 1 occurrence

5. ⌘ Daniel Chauvigné Aux origines de la famille

...r le trajet maritime sur l'afrique. le voyage durait 2 mois pour atteindre douala. j'étais très vif et turbulent alors que mon frère montrait déjà des qualités d'ordre et de sagesse. j'avais à cet âge, une indépendance et une vivacité d'esprit tournée vers l'avidité d'apprendre par moi-même, au mépris du danger, ce qui m'a fait faire des bêtises aux conséquences parfois dramatiques. ainsi, peu avant ce départ vers les tropiques, j'avais, un jour, coiffé ma tête d'un pot de chambre en métal émaillé et, malgré mes efforts et ceux de ma mère pour l'enlever, le vase restait fixé comme une ventouse sur mon crâne peu chevelu!... pour m'emmener chez le médecin, maman pris soin de camoufler cet attribut avec une énorme bande velpeau. au cours du trajet, dans les tramways, j'étais très turbulent et ma mère, énervée, m'a flanquée une claque retentissante ! - "vous n'avez pas honte de gifler un petit enfant blessé !" cria une dame-jeanne offusquée. maman ne dit mot, mais défit le pansement. la vue de mon couvre-chef déclencha l'hilarité générale !... arrivé à bangui, je ne m'étais pas assagi. un jour, j'ai versé le contenu d'un encrier dans le soufflet de l'appareil photo de mon père, ce qui me valut de recevoir quelque coup de martinet. pour me venger, j'ai coupé au ras les lanières de cet engin de torture ! il fallait, à cette époque, filtrer l'eau dans les filtres poreux pour la rendre potable. l'opération étant assez longue, il devenait indispensable de ne pas gaspiller cette boisson, aussi ma mère l'entreposait dans des bouteilles qu'elle mettait hors de portée des enfants. un jour, découvrant une bouteille sur le dessus d'une armoire, j'ai fait un échafaudage avec une table et une chaise pour accéder au flacon dont je bus avidement une gorgée. hélas, c'était du pétrole ! rendu très malade par ce breuvage, il fut difficile de me faire avouer la cau...


Mots identiques compris dans le texte de la page : 1 occurrence - 2 mots dans le texte

6. 🗼 Europe Coulombiers selon Jacques

...par des plantations de peupliers, le poulailler, la vigne, le jardin haut et la première partie du bois. ces quatre lots sont désignés sur les anciens cadastres sous le nom de la pierrière. le tout s’arrêtait un petit peu plus au delà de la "mère mal aux dents". la prairie a une histoire compliquée. c’était une dépendance de la paroisse, donc des "biens ecclésiastiques" confisqués sous la révolution et rebaptisés "biens nationaux". le premier maire de coulombiers était un curé "jureur", c’est-à-dire qu’il avait accepté le statut que lui conférait la constitution civile du clergé (réprouvée par rome). il a mis ce terrain à la disposition de la commune qui en a fait le "pré de l’assemblée", tout en se réservant un petit enclos où il faisait pousser des légumes et qui a été dénommé plus tard "ancien jardin du curé" . c’est le jardin bas de la prairie. le pré de l’assemblée a été morcelé et une parcelle a été acquise par une dame pidoux, veuve de rené leteiller demeurant à poitiers et vendue aux sieurs dupre père et fils en 1814. ceux-ci l’ont revendue en 1818 au sieur rené hilairet aubergiste. une autre parcelle a appartenu au sieur jean rivault. cette parcelle a été cédée en 1836 au gendre de rené hilairet, jasmin décadi laillaut. la troisième parcelle est demeurée "pré de l’assemblée" entretenue par la commune au moins jusqu’en 1848, car c’est à l’occasion de l’avènement de la deuxième république que le grand peuplier a été planté. a proximité de l’ancien jardin du curé, il y avait une vieille grange que charles capillon a acquise en 1874 et je pense qu’après cet achat, il a dû acquérir ce jardin ainsi que le pré de l’assemblée, ce qui lui a permis plus tard de constituer la première prairie dans son état actuel. l’ancien jardin du curé a aussi sa petite histoire familiale. il se trouve en bordure du ruisseau et sur l’autre rive il y a un mur per...


Mots identiques compris dans le texte de la page : 1 occurrence - 1 occurrence